Zoom sur le marché

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) a publié au mois de mai une mise à jour de ses perspectives 2021-2022 du marché de l’habitation des grandes villes canadiennes. Voici les faits saillants de ce rapport pour les régions métropolitaines de recensement (RMR) de Montréal et de Québec

Marché de la revente

La SCHL anticipe que les ventes Centris demeureront stables (ou en légère croissance) en 2021 dans la région métropolitaine de Montréal. Par catégories de propriétés, la copropriété devrait mieux performer que l’unifamiliale, du fait de l’offre limitée et de l’inabordabilité des maisons. Les pressions à la hausse sur les prix se maintiendront en 2021, avec une croissance de 15 % à 20 % par rapport à l’année précédente. En 2022, le nombre de transactions dans la région montréalaise connaîtra un repli modeste en raison de la hausse des taux hypothécaires, la détérioration de l’abordabilité des propriétés et le fait que beaucoup de ménages aient déjà changé d’habitation depuis le début de la crise sanitaire.

Suite au record d’activité observé dans la RMR de Québec en 2020, l’organisme prévoit que les ventes Centris reculeront de façon modérée en 2021. La forte croissance des prix et la faiblesse de l’offre de propriétés mineront la demande et réduiront ainsi le bassin d’acheteurs potentiels. Par ailleurs, la hausse des taux hypothécaires accentuera le repli de la demande à partir de 2022, ce qui entraînera une détente des conditions de marché et un ralentissement modéré de la croissance des prix.

Marché du neuf

Les mises en chantier demeureront à des niveaux très élevés dans la RMR de Montréal en 2021, alors que le locatif continuera de représenter la plus grande part des nouvelles constructions. Le nombre de mises en chantier de maisons unifamiliales progressera considérablement, bien que la rareté des terrains soit un enjeu important dans la région. L’offre limitée de logements et de maisons, de même que la croissance démographique, stimuleront la construction de nouvelles habitations en 2022.

Après avoir atteint un sommet en trente ans, le niveau de construction résidentielle dans la RMR de Québec diminuera légèrement en 2021, particulièrement dans le segment des logements locatifs. L’engouement marqué pour les maisons unifamiliales depuis le début de la pandémie, combiné à une offre relativement faible, viendra soutenir la demande de construction pour ce type de propriété. Le nombre d’unités de maisons individuelles nouvellement construites augmentera donc en 2021, pour ensuite reculer en 2022.

Pour accéder au rapport complet, cliquez ici.

Compare listings

Comparer
+
+
+